Le palladium et le rhodium

Les cours du palladium sont désormais 2,5 fois supérieurs à celui du platine. Le rhodium poursuit, lui, sa folle course en avant.

Quelle volatilité ! Les cours du palladium, ce métal gris qui entre dans le processus de fabrication des pots catalytiques de véhicules à moteur essence, sont désormais Explosion de la volatilité sur le palladium dont les cours sont maintenant 2,5 fois fois supérieurs à ceux de son cousin, le platine, qui est privilégié dans les pots catalytiques des véhicules à moteur diesel. Après un énième record à 2.577,27 $ l’once le 20 janvier, soit une hausse de l’ordre de 33 % depuis le début de l’année, les cours du palladium ont chuté de près de 13 % en seulement deux jours, avant de rebondir et de se négocier aux alentours de 2.434 $ le 14 février. Ces « montagnes russes » ont suscité bien des réactions, dont celles de John Metcalf, le patron du London Platinum and Palladium Market, qui a indiqué que les conditions actuelles de marché menaçaient la liquidité du marché londonien… Pour rappel, Londres est un des rares endroits où il est possible de se faire livrer le métal. A ce jour, la demande en palladium est telle que la prime du physique excède de près de 200 dollars le cours des futures qui expire en mars, une situation qui n’avait plus été observée depuis plus de 20 ans. 

Sur un plan fondamental, la tendance profite toujours très clairement au métal, malgré la chute des ventes d’automobiles qui est observée un peu partout, notamment en Chine. La crise sanitaire du coronavirus ne va d’ailleurs pas arranger les choses… Entre les mises en quarantaine, les entreprises qui tournent au ralenti et les inquiétudes, voire la psychose, de certains investisseurs, la reprise pourrait être laborieuse.

Du côté des experts, on table sur une poursuite de la hausse. Les cours pourraient, selon eux, franchir le cap symbolique des 3.000 $ l’once. Le platine, lui, en comparaison, fait grise mine. Il se négocie à 966 $ l’once, niveau auquel il se négociait déjà à la fin du mois de décembre 2019. Autrement dit, les cours sont restés parfaitement stables…
 

Le rhodium pulvérise les 10.000 $


En revanche, le rhodium, dont nous avons déjà parlé ici à plusieurs reprises, a explosé à plus de … 11.000 $, selon les données du raffineur Johnson Matthey. Ce métal profite à la fois de la spéculation des investisseurs, à la recherche de valeurs refuge face aux vents contraires, de la demande de l’industrie automobile et de sa rareté. Le déficit de l’offre pourrait porter les prix encore plus haut. Attention toutefois au revers de la médaille. Des prises de bénéfices pourraient faire chuter brusquement les prix comme ce fut le cas en 2008. Là aussi, la volatilité est forte. 

 

Les experts d'Autocycling se tiennent à votre disposition pour toutes questions relatives à la revente de votre pot catalytique et en tirer le meilleur prix. Contacter ici.